Helene Zuili - BizNetBlog

Réflexions & news sur le biz du net. Webmarketing, NTIC & Univers Virtuels, internet immersif, pratiques collaboratives, personal branding.

Qui suis-je....

Auteur-réalisatrice multimédia. Entrepreneur passionnée de l'être humain et des nouvelles technologies et médias, des interactions, des interfaces et de la convergence.. Fondatrice de MakeMyWorlds, spécialiste de l'internet immersif et des univers virtuels. Consultante, enseignante, speaker @ BizNetFormations.

Ce que je propose...

Conseil et veille technologique cross médias. Formations individuelles et collectives. Coaching et accompagnement à l'utilisation des nouvelles technologies en environnement professionnel. Integration de pratiques collaboratives en univers virtuels. Gestion de projet Second Life & Second Life Entreprise.

Yes We Can. Une journée à écrire

Oui je sais. Ce blog n'est pas un blog politique.... Ce groupe n'est pas un groupe politique... stop spamming... Voici des mots entendus toute la journée d'hier sur Second Life... Etrange journée, feutrée, silencieuse, comme si tous les résidents ici ne faisaient que passer, souffle retenu, entre leur visite au Bureau de Vote, la télévision, et leurs discussions inworld pour dire jusqu'au bout "Allez voter"

J'ai organisé ce mois-ci sur Champs Elysees, une sorte de bureau de vote virtuel, et comme tous les autres bureaux que je visite, les sondages parlent d'eux même.

La population américaine de Second Life est à l'image de son pays, pas plus Démocrate que Républicaine à la source. Mais elle est au coeur du changement, initiant de nouvelles pratiques collaboratives, de nouveaux comportements, un regard métissé sur le monde.

L'une des forces de Barack Obama et de son équipe de campagne est d'avoir placé les réseaux sociaux au coeur de la campagne menée depuis plus de 2 ans. Il ne s'agit pas ici d'exploiter une mode comme l'ont fait précédemment différents acteurs de la vie politique française, européenne ou américaine... Il s'agit de construire une véritable stratégie dont le réseau est au coeur même du dispositif. The long tail... cumuler les audiences en additionnant les mass medias et les multiples audiences des grands et des petits réseaux sociaux...

Générer du conversationnel, pour faire résonner le débat de la base au sommet, et réagir, et ajuster, et redonner à la base etc...
Et ainsi faire circuler l'internaute, depuis les groupes, les plateformes, les univers virtuels, au site web, pierre angulaire de la construction conversationnel, jusq'au bureau de vote réel ou virtuel. 220 millions d'occurence "Obama" sur Google contre 180 millions à Mc Cain...à peu près le différentiel obtenu dans la réalité ! Sur Facebook la différence est terriblement significative, plus de 3 millions de supporters dans le groupe officiel, contre 3000 dans le camp Mac Cain....

Second Life est un microcosme, une imitation du monde réel que les candidats américains ont utilisé au même titre que Facebook. Meetings dans les campus virtuels, objets sociaux diffusés à une large échelle, tee-shirts badges, posters, casquettes, discussions ouvertes dans les groupes, documents thématiques et autres objets scriptés conduisant vers des documents plus denses sur le site web ou vers des évènements spécifiques du monde réel.


Yes we can, oui, mais encore faut il y croire profondément. C'est peut être la que se fait la vraie différence. Les univers virtuels sont la préhistoire du web à venir. Dans 4 ans, les réseaux sociaux auront changé de forme et représenteront les plateformes usuelles des bureaux de votes virtuels.

A suivre ....





http://www.youtube.com/watch?v=kKnzxBFpoY8
http://blip.tv/file/185225
http://www.youtube.com/watch?v=OkL45Vlu1vY

Lire la suite...!

IBM et le Palace Museum nous ouvrent les portes de la Cité Interdite

C'est aujourd'hui que IBM et le Palace Museum de Pekin ont lancé le magnifique projet appelé "The Forbidden City: Beyond Space & Time, ou "La Cité Interdite : Au delà du Temps et de l'Espace"en français.

L'objectif principal de ce projet est de permettre à une audience large et internationale d'explorer l'histoire et la culture chinoise en immersion dans ce lieu magique. En mariant un sujet de première importance avec une technologie de pointe, IBM crée une première en matière d'univers virtuel dédié à l'héritage culturel d'un pays, et apparait du même coup comme un leader dans le domaine des univers virtuels et de la préservation de la culture.

L'objectif poursuivi dans cette réalisation (3 années de production) est de faire vivre l'expérience la plus authentique au visiteur. Et c'est très réussi.
Aucun problème pour télécharger le "navigateur" (anglais ou chinois pour le moment), Pendant le téléchargement de l'application, déjà la musique vous met dans le bain. Vous pouvez choisir soit de créer votre propre avatar, soit d'en emprunter un juste pour visiter. Une fois les portes de la forteresse ouverte, vous croisez des tas de personnages, visiteurs comme vous, ou encore du personnel réel ou robotisé qui vous font visiter, vous servent le thé, ou encore vous proposent de participer à des activités. On peut aussi préparer un voyage et une visite à la vraie Forteresse Interdite, ce qui constitue le lien parfait entre le réel et le virtuel.

Du point de vue technologique, j'apprécie particulièrement l'accessibilité multiplateforme mac/PC/Linux, l'interface simple et la fluidité des déplacements. Il semble que ce projet est le premier univers virtuel utilisant une architecture SOA et incluant des composants open source comme Linux.

Dans ces temps étranges de crise mondiale, ce magnifique projet est une escapade qui fait rêver et on en a bien besoin... Superbe !

Lire la suite...!

Blog de marque : Le blog de Ben & Jerry

Je viens de tomber par hasard sur le blog des crèmes glacées Ben & Jerry. Bien fait, direct, pas prétentieux, et surtout parfaitement intégré dans le reste de la communication de la marque, notamment associée à des évènements et des engagements sociaux, économiques, écologiques...

Si 12% des entreprises ont un blog (dernière étude technorati 2008), la France traine un peu les pieds en matière de "corporate blogging" (cf mon billet d'hier sur la crise !) où les quelques blogs de marques ressemblent encore souvent à des sous-sites web...peut-être par peur d'adopter un ton informel en matière de business...

Pourtant le blog de marque peut entre autre :

1. Booster la communication online en créant du buzz autour de la marque et notamment lors de lancements de nouveaux produits.
2. Fédérer des communautés d'"afficionados" et échanger avec les consommateurs de la marque.
3. Faire de la veille sur ce qui se dit, se fait, se développe sur le secteur concerné
4. Rester à l'écoute de sa communauté, et des consommateurs, à la fois sur les suggestions et les critiques, et maitriser le "bruit"
5. Créer du traffic sur le site web
6. Tester des éléments de campagnes, de nouveaux concepts, de nouveaux produits
7. Offrir plus de souplesse sur la gestion de l'actualité de la marque (et nous l'avons vu hier, notamment en matièren de communication de crise...)

Xuoan, blogueur en chef du blog de Ben & Jerry l'a bien compris... en organisant un concours pour gagner une place pour le Webdeux Connect (où moi aussi j'aimerais bien aller !), il stimule aussi les liens entrants vers son blog... Animer une communauté de mangeurs et mangeuses de glaces (hmmm) tout en boostant son ranking !! Bien vu !

Lire la suite...!

Augmentation de la publicité sur internet en 2008

Quelques chiffres pour appuyer mon billet d'hier, et plus spécifiquement sur l'e-pub.

Dans sa newsletter du 8/10/08, l'I.A.B. (international Advertising Bureau) reporte une hausse de la publicite sur internet de plus de 15% sur le premier semestre 2008, pour les U.S.A. avec environ 11.5 milliards, dont 44% pour les moteurs de recherche (S.E.M.), et 33% pour les formats d'affichage.

Il est intéressant de mettre ces chiffres en perspective avec ceux fournis pour l'Europe et la France par l'I.A.B. France en hausse de plus de 38% sur ce premier semestre 2008.

2 documents à regarder de près : marché U.S.A., marché France/Europe

Autre source d'information, une étude menée par L'European interactive advertising association (EIAA) que vous pouvez retrouver synthétisé par le Journal du Net.

Il est intéressant de noter que la standardisation des formats va bon train, ce qui permet aux annonceurs d'optimiser les budgets de création, notamment pour l'utilisation de la vidéo.

Je vous rappelle qu'il reste quelques places pour la formation "Techniques et tendances de la publicité online" que j'organise les 29 et 30 octobre 2008 à Paris.

Lire la suite...!

La crise peut elle aider le Web ? Le Web peut-il aider la crise ?

Je n'ai rien d'une économiste, et je l'avoue, il m'a fallu un certain temps pour comprendre la crise des subprimes et ses conséquences prévisibles sur les épargnants, les emplois et le crédit.
De retour de Londres où je devais assister au Virtual World Forum (qui ne s'est pas tenu à la suite d'un meurtre dans la rue où se trouve le Centre de conférences), je m'interroge. La crise peut-elle avoir des effets bénéfiques sur le business du web ? Il ne s'agit pas de cynisme mais de positiver ce qui une fois de plus, plombe le moral de notre pays et au delà.

Je consulte tout d'abord les blogs pour voir qui et comment on parle de la crise. Etonnant, car en dehors des blogs médias, financiers ou ceux des personnalités économiques de ce monde, la blogosphère semble étonnament apathique. Est-ce une occasion manquée pour les institutionnels (banques, immobilier, industriels...) de communiquer et échanger par billets sur des audiences inquiètes de leur proche avenir ? Le blog institutionnel (corporate blogging) aurait pu en ces temps de crises, permettre une forme de dialogue, de questionnement direct qu'aucun autre média ne peut remplir.

Voici par exemple quelques thèmes de billets que j'aurais aimé trouver ... si ces sociétés avaient un blog...

Société Générale : "Pourquoi vos actifs sont en sécurité... ? ou encore "Après la purge, les opportunités..."
Air France : "Avec la crise, allez-vous voyager moins cher..."
Peugeot : "De petites compactes que nous vous aidons à financer..."
Century 21 : "Vendre, acheter, les pieds sur terre..."

La communication en temps de crise est un art, mais certainement, une véritable obligation pour les grands acteurs de la vie économique.

Regardons un peu plus loin. Jacques Attali parle sur son blog de Tsunami climatique à venir beaucoup plus grave que la crise financière. Je cite "Dans les deux cas, nous nous trouvons devant une intelligence collective, l’économie de marché, une sorte de golem, sans intention, sans but, capable de servir au mieux l’homme, mais aussi de tout détruire sur son passage parce que rien de moral ne l’anime. Alors, comme tout golem, il serait temps de le maitriser avant qu’il ne nous échappe. "

Après cette crise, les entreprises chercheront des moyens pour faire plus avec moins. Et c'est ce que le Web, et plus généralement les réseaux electroniques, peuvent offrir.

Les outils de travail collaboratifs seront de plus en plus utilisés (web conférence, mondes virtuels, outils de partages de documents de type Konolive ou NetMeeting, base de gestion des connaissances type Wiki) pour réduire les dépenses de déplacements et d’hébergements. Le travail à domicile sera valorisé afin d'économiser aussi sur les frais de location d’espaces et de bureaux.

La crise financière et la crise énergétique inciteront de plus en plus de consommateurs à comparer et acheter sur le Web avant d’utiliser la voiture pour se rendre au magasin. Les réseaux sociaux joueront un rôle de plus en plus important dans la constitution de groupes d'intérêt et de forces de pression.

En mandarin, le mot crise est composé de deux caractères. Le premier signifie danger et le deuxième opportunité. Avez-vous aussi remarqué combien l'e-publicité est présente ces jours-ci sur les différents supports d'information online ? Je me souviens d'autres crises où du jour au lendemain les annonceurs coupaient tous les crédits alloués à la communication....

Pour terminer avec le sourire,

The job
Vidéo envoyée par trescourt

Grand Prix 2008 du 10e Festival des Très Courts

La crise est bien là, mais le futur ressemblera t il pour autant à ça ?
Une vision qui ne déplairait pas à Ken Loach.



Lire la suite...!

Second Life : Un viewer friendly user pour bientôt ! (ou en français un navigateur amical !)

Lors de son rapport du lundi 29 septembre, Mark Kingdon (M Linden) a clairement exprimé la sortie sous peu de temps d'un navigateur de Second Life dont l'interface sera vraiment centré sur l'expérience utilisateur. Intéressant, car l'interface actuelle est souvent citée comme un frein à l'utilisation de cet monde virtuel. "Yes, we are creating a viewer that is new user friendly! Stay tuned for updates."

Peut-être quelque chose comme ça ? Web based ? Non plutot l'interface, répond-il dans les forums.

Avec le recrutement de Tom Hales, ancien General manager de la Knowledge Worker Business Unit chez Adobe Systems, Linden Lab semble amorcer un tournant que M Linden appelle "opérationnel".

Il me semble aujourd'hui opportun d'accélérer la production d'une solution "entreprise" unique de Second Life. Les solutions de type Forterra ou de la société I-maginer se développent dans les failles de Second Life, en mais proposant des fonctionnalités pertinentes pour l'entreprise que Second Life ne permet pas aujourd'hui d'intégrer, notamment le lien avec des plateformes SCORM pour de nombreux systèmes d'enseignement à distance.

A suivre....

Lire la suite...!

LA VIE CONNECTEE AU PICNIC 08 : MOI LE MEDIA !

J’ai eu la chance de participer à PICNIC 08 à Amsterdam, via le groupe de recherches Enquiring Minds réuni par Anne Helmond et Sabine Niederer. L’échange était basé sur le retour d’une sorte de rapport reprenant ce qui pour moi, avait été fort et pertinent, dans le cadre des recherches que je mène, plutôt informelles, et qui me servent à construire et élaborer dans les projets que j’initie ou auxquels je participe.

Le cadre : PICNIC est une ruche, un lieu de mouvement.
A l’image des ces milliers de vélos qui se croisent pour converger vers le lieu du meeting, l’image qui me vient est celle d’un cerveau, de ces synapses qui se prolongent, s’unissent pour mieux se diviser. A la fois informel et professionnel, PICNIC me ravit par son mélange d’étudiants chercheurs, d’actifs scientifiques, de presque et déjà gourous, artistes, inventeurs, créateurs et concepteurs de tous horizons, et de marketeurs et chefs d’entreprises avisés. Via les labs, les ateliers, les présentations et les conférences, les lieux se prêtent à échanger, partager, confronter, en toute liberté. Au fond, j’ai trouvé PICNIC assez proche dans la forme, du thème qui est traité Collaborations et créativité.

Les tendances : Le Temps de toutes les convergences
La convergence numérique prend toutes les formes. Un peu comme un mash up geant entre le hardware et le software. Nul ne sait les formes finales de cette « chose » que nous créons chacun à notre place. 2 images me viennent, une issue du film Matrix, l’autre depuis les murs digitaux de Minority Report. Avec un peu de Total Recall… Le service et le produit se confondent, mélangeant le réel et le virtuel, au bout de lecteurs (terminaux) qui deviennent les nouveaux sens de l’être humain en le dotant du don d’ubiquité. De partout on recherche un standard, des étalons qui pourrait servir de repère consensuel. L’open source a réellement modifié les données d’entrées réduisant ainsi le temps de l’innovation, mais aussi le rôle de la collaboration partagée. Etonnamment, l’industrie du jeu se retrouve à la fois moteur de l’innovation en matière de hardware et de software axé sur l’immersion et la simulation.

Social/Moi : Paradoxe : la machine rend de plus en plus social. Toute production digitale devient objet de sociabilité, qui circule et se partage en cercles, en réseaux, sous les formes les plus diverses. Tout peut être public, restreint ou privé, local ou global. Le politique et le citoyen se rapprochent, les pouvoirs se déplacent, l’éducation empreinte d’autres chemins, les interactions transversales se multiplient pour dessiner des collaborations plus directes et instantanées. Les intermédiaires disparaissent remplacés par des services 2.0 sur le modèle du producteur au consommateur. Sur le modèle du réseau social grand public ou citoyen, on voit émerger de vrais réseaux de services professionnels organisés autour de communautés. Je deviens de plus en plus exigeant, tout, tout de suite, navigant d’un réseau social à l’autre pour tisser un monde personnel d’interactions.

Mobile : Le téléphone mobile est un terminal emetteur récepteur multifonctions qui me connecte à ce « moi social virtuel» en temps réel et me permet d’interagir cross-média avec une multitude de sources. Il est le fast-food de le communication, sa forme influence profondément la forme de la communication. Il est devenu aussi lecteur optique, engin de localisation spatiale et sémantique pour la réalité augmentée.

Réel/Virtuel : Avec le focus de la conférence sur les mondes et réalités virtuelles, je finis par penser que la frontière entre réel et virtuel s’estompe progressivement. Un peu comme une fractale à l’infini, le réel contient le virtuel, et réciproquement. Tout comme Facebook est aussi virtuel que Second Life, les biens virtuels qui s’y échangent sont le prélude à une économie en pleine expansion. Les passerelles et les ponts se bâtissent de partout. Ainsi, les entreprises, elles aussi en pleine mutation, commencent à comprendre les économies et le temps qu’elles peuvent gagner à apprivoiser ces territoires d’expression en 3D temps réel, pour la formation et la collaboration de leurs équipes de plus en plus souvent délocalisée.

Verte. La dimension du développement durable est présente partout, abordée de façon créative. La conception des services prend mieux en compte à la source la perception et l’expérience utilisateur, et le rôle des acteurs et réseaux sociaux virtuels ou réels. La problématique énergétique et la massification accélèrent les expérimentations vers d’autres représentations des flux et vers l’usage de réalités augmentées ou virtuelles.

Je pense à la façon dont le monde qui se dessine nous transforme chaque jour davantage. Déjà nos perceptions de temps et de lieu se sont modifiées. Interconnectés nous devenons le média. Nous recevrons de plus en plus d'informations qu'il faudra savoir trier et organiser pour les trouver. Nous devons inventer notre façon de collaborer et diriger notre vie (excellente intervention de Itai Talgam). Il n'y a pas une "real life" et une seconde life". Il y a la vie "connectée". Avec tellement de questions sur la sécurité, les libertés. J'aurais aimé discuter de l'humain, des émotions, des brèches que nous ouvrons pour le meilleur et le pire. Mais, mon Thalis était bien programmé pour 18h26, avec wifi à bord..., j'allais pouvoir continuer à en discuter sur ce blog...

L'homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique. Albert Einstein

Quelques liens que je trouve intéressant :
Sur l'expérience avec Aaron Koblin et son site
Des notes précises par un intervenant de openmuseum, (collaboration pour les lieux d'héritage culturel)n
Internet Actu sur l'intervetion de Ethan Zuckerman sur l'attention que nous portons à l'Afrique
Me the Media
et cette vidéo qui présente une étude en cours à laquelle vous pouvez participer , sur le "bonheur virtuel".



English readers

Lire la suite...!

Un clavier pour les fans de Second Life


Juste un clin d'oeil de résidente à résidents... Mais tout à fait imaginable ... et drôle. A sponsoriser d'urgence !

Voir de plus près.


Lire la suite...!

Comment l'assureur CIGNA utilise Second Life pour la prévention ...

Sur un objectif de sensibilisation à la nutrition et à la santé, le département Santé des assurances Cigna a ouvert au début de l'année un programme ludo-éducatif pour ses assurés, dans Second Life.

Les assurés qui souhaitent y participer peuvent ainsi en savoir plus et mieux sur "leurs meilleurs ennemis" via des animations 3D immersives, des jeux de rôles, des séminaires et même des consultations virtuelles.

IBM aussi a ouvert sa Virtual Healthcare Island où les utilisateurs peuvent créer leur propre fichier médical, bénéficier d'une information plus riche que sur d'autres supports ludo-éducatif orienté Santé comme la Wii de Nintendo ou d'autres jeux sur DVD.

Ces différentes expériences semblent prometteuses et ouvrent la voix à d'autres façons d'aborder la prévention ou le suivi médical. On peut aussi imaginer des interactions virtuelles visant à accompagner des patients, interconnectés à des objets intelligents du réel capables de recueillir et traiter de l'information. Et peut être aussi, plus de convivialité et de partage entre les visiteurs.

Cette stratégie peut aussi s'appliquer pour les acteurs éditoriaux de la santé. Un site comme Doctissimmo
avec plus de 6 millions de visiteurs uniques mensuel, peut facilement imaginer des déclinaisons de ses contenus et fonctionnalités communautaires, dans un environnement 3D temps réel. Avis aux amateurs !


Lire la suite...!

Quand bloguer rend heureux ! L'Etude Technorati 2008

Intéressante étude de Technorati sur l'état de la Blogosphere. Elle confirme le phénomène blog à l'échelle du monde qui est devenu une part du nouvel eco-système de l'internet.

Elle met aussi en perspective une démographie du blogging. Un groupe hétérogène où les bloggeurs de tous horizons postent leurs billets dans des buts très différents et couvrent une moyenne de 5 sujets par blog, avec près d'un million de billets par jour.

Mais c'est aussi un groupe sophistiqué, très Web 2.0, et notamment sur l'utilisation des techniques de création de traffic sur le blog, et de mesures pour quantifier le succès.

Le retour sur investissement résulte aussi d'un formidable impact et une forte influence positive sur la vie des blogueurs sur les plans professionnels ou personnels.


Lire la suite...!

Ces objets sociaux qui nous gouvernent

Qu'est ce que partagent les personnes d'un même groupe sur internet. Une passion, un même centre d'intérêt, un langage, un style. De l'émotion. Mais aussi des objets sociaux selon Jyri Engeström, c'est à dire des objets susceptibles de fabriquer de la sociabilité. Films, pistes audio, dessins, animations, photos, textes sous toutes ces formes, espaces et objets virtuels, toutes ces données deviennent objets sociaux quand ils font que vous et moi nous retrouvons dans un réseau social. Les internautes en réseau se connectent à travers ces objets partagés, et les bons sites sont ceux qui permettent à l'utilisateur de produire ces objets qui ajoutent de la valeur ajoutée.

Du coté des terminaux, le téléphone mobile accélère sa mutation en objet de l'internet, à la fois émetteur de données - sms, photos, vidéos, surf, email-, objet directionnel avec le gps, lecteur de données -barcode, Qcodes, Rfids- et terminal de paiement.
Le design et l'ergonomie les rendent désirables, autres objets de sociabilité, en soi. Avez vous remarqué combien de discussions portent sur les objets eux-même ?

Jyri prédit que dans les deux prochaines années, nous verrons de plus en plus d'objets sociaux physiques centrés sur la sociabilité, développant notre vision périphérique comme dans un jeu vidéo. La question suivante sera de savoir comment l'utiliser, pour recevoir la bonne information quand nous en avons vraiment besoin.


Tous les créateurs et porteurs de projets devraient intégrer ces 3 questions :
- Quel est le degré de sociabilité de l'objet ?
- Quel est le verbe que je veux associer à cet objet ?
- Où sont mes points de connectivité au réseau ?

Je serai la première à le faire !


Le Site de Jyri Engelstrom
Le toujours super site de Fred Cavazza
LES AFFAIRES WEB: reseau social reseaux sociaux



Lire la suite...!

Secrets, mensonges et vidéo au PICNIC d'Amsterdam


Quelques réflexions après la conférence de Genevieve Bell (anthropologiste chez Intel) à la session de conférences du PICNIC.

Monsieur Tout le Monde ment au moins 6 fois par jour, mais lors de circonstances exceptionnelles, il peut mentir jusqu'à 200 fois. Les hommes et les femmes ne mentent pas sur les mêmes sujets. Les hommes mentent plus. (!) Le mensonge est partout, et dans tout. Dans les conventions sociales, les films, les pubs, dans les relations personnelles. La vérité est compliquée et procède de constructions très différentes pour chacune des religions et ainsi pour chaque être vivant. Chacun s'organise et s'arrange en fonction de ce qu'il oppose au mensonge. La vérité ? La réalité ? Ou encore le secret ?

Avons nous embarqué sur Internet avec nous, nos secrets et nos mensonges ? Il semble que oui. Sur internet, nous mentons sur à peu près tout, ce que nous sommes, où nous sommes et avec qui. Nous pouvons mentir sur notre taille, poids, notre âge et nos "handicaps". Personne ne sait vraiment qui se trouve derrière l'ecran. Les Mondes Virtuels en sont la partie peut être la plus emergée et observable. Combien de super Bimbos ou de Monsieur Muscles cachent de quinquagénaires passionnés ? Et quels étranges secrets détiennent les animaux et les dragons ?

Les entreprises savent aussi mentir et faire mentir. Je ne parle pas ici de la promesse produit ou services, mais de la communication. Au travers de l'infiltrations de forums, de blogs, des milliers de petits soldats sont capables de lancer un buzz sur un fait, une idée, fut-il même un simple mensonge...

Mais si nous pensons que le mensonge est "mal", alors pourquoi mentons-nous ? Genevieve Bell explique que pour sortir de cette contradiction, nous devons sortir de notre opposition entre la vérité et le mensonge. que nous devons comprendre le mensonge comme une part de la réalité, et non pas comme l'opposé de la vérité.

Nous avons embarqué online nos secrets et nos mensonges avec la conscience que la vérité y est très "flottante" et que nous menons notre barque, partagé entre nos codes et nos pratiques culturelles. Ne pas mentir est un idéal mais à l'opposé, les pratiques montrent que nous mentons tout le temps.

Par exemple pour protéger notre identité. Combien d'emails avons-nous, combien d'identifiants, combien de mots de passe. Le seul problème c'est que technologie elle ne ment pas. Une relation me racontait dernièrement qu'il avait pu vérifier en traçant l'IP de son interlocutrice, qu'une de ses ex se cachait derrrière une nouvelle identité. Nous mentons donc pour nous protéger, mais souvent aussi pour inventer les histoire que nous voulons nous raconter et offrir aux autres.

Je termine avec ce petit clip des Idiots of Ants qui fera réfléchir aux vertus des secrets, et illustre le thème de mon prochain billet sur les réseaux et objets sociaux.



Lire la suite...!

Pour des univers virtuels 2.0

Le Symposium sur les Mondes Virtuels organisé à Amsterdam par la Eduverse Foundation pose de nombreuses questions, comme la définition d'un navigateur standard, ou le choix d'une technologie de développement de la plateforme, mais aussi des questions sur la part du jeu dans cette autre réalité, la part de l'éducation, et des interactions possibles avec le réel avec ces objets de l'internet.

La conférence est à l'image de ce thème. Les intervenants de qualité, dont Philippe Rosedale (le créateur de Second Life), se succèdent sur scène, où par l'intermédiaire de 2 écrans, via Skype et Second life. Ils sont dans le monde entier, académiques, professeurs et chercheurs, créateurs, professionnels. Ils inventent, ils proposent, ils développent ou vendent.

Toutes les expériences ou les projets en développement tournent autour de l'utilisateur. Pris individuellement, il lui faut pouvoir entrer et se déplacer dans le monde virtuel via une interface simple. Il faut qu'une entreprise ou une école puissent y rassembler plus de 50 personnes à la fois. Il faut que les interactions avec le monde réel soit lisses, transparentes, avec le son, la vidéo, l'ensemble des médias et des bases de données. Une interopérabilité entre les sytèmes et une interconnexion entre les mondes. Et dans le futur, une multitude de mondes virtuels comme autant de "sites web"...

Les mondes Virtuels ne sont pas une mode ou un leurre. Mais, dans leur forme actuelle, juste une plateforme de transition, comme le furent la cartouche vidéo, le CDI... pour créer le web de demain, en 3D, temps réel. Depuis la Virtual World Expo de Los Angeles , j'ai appelé mon avatar dans le monde virtuel avec mon téléphone mobile depuis mon bureau ! A quand le développement de l'avatar universel !

Lire la suite...!

Go Green Go Virtual...

Le développement durable change l'entreprise. Une étude du cabinet Forrester (nov 2007) tendait à démontrer combien les espaces virtuels joueront un rôle majeur dans le monde des affaires dans les 5 prochaines années, révolutionnant comme Internet à son arrivée dans l'entreprise, la façon de collaborer, permettant de nombreuses économies de locaux, de transports et facilitant les transactions commerciales. (article LeMondeInformatique)

C'est sur ce créneau que la société ProtonMedia s'est spécialisée en lançant son propre monde ProtoSphere où les entreprises et leurs salariés peuvent se rencontrer lors de meetings, partager des applications et des documents, et communiquer utlisant la voix, la vidéo ou encore la messagerie instantanée. Lors de la Virtual Worlds Expo, ProtonMedia spécialiste d'applications de e-learning et des échanges collaboratifs en entreprise, a lancé sa fondation Go Green Go Virtual.

Son but est de promouvoir la conservation des énergies à travers l'utilisation des technologies offertes par les mondes virtuels comme la promotion des évènements, rencontres, et formations dans ces mondes, et plus généralement toute forme de collaboration virtuelle qui réduise les couts énergétiques.



Lire la suite...!

Les évolutions des mondes virtuels

Ma participation au Virtual World Expo de Los Angeles et à la Convention Second Life de Tampa me ramènent ici les bras chargés d'informations à trier, à organiser et à transmettre !

Plusieurs tendances dont j'espère pouvoir vous faire part au cours de mes prochains posts, et notamment :
  • - le développement des mondes virtuels pour enfants et adolescents
  • - la convergence avec les techniques de réalité augmentée et de réalité virtuelle, à travers la portabilité notamment,
  • - les expériences d'interopérabilités entre plateformes et le travail sur l'avatar universel
  • - le développement de technologies qui offrent la possiblité de créer des mondes virtuels spécifiques sans investissements lourds....
  • - les appropriations massives des environnements virtuels dans le secteur éducatif, de la formation initiale et continue.
Voici quelques graphiques de la société de recherche KZero dont, je l'espère, vous saurez tirer parti...


La communication que j'ai donnée à Tampa est en anglais, mais je pense pouvoir la traduire d'ici la fin du mois pour la mettre en ligne sur ce blog.






September 7th, 10:30 AM
Web Marketing, Trademark Registration and Successful Sim Ownership: 7 rules for a better use of Second Life in web marketing strategies

Hélène Zuili / Clara Young
Through 2 marketing experiments (Swiss Stem Cell Bank and Front Range Solutions for the CEBIT), we’ll analyze the “do’s and dont’s” for any company planning to use SL in its marketing strategy.
- Make SL a part of your web marketing strategy
- Don’t look to simply transpose your real life marketing insight into SL, it won’t work!
- Make your brand SL-conversational
- Associate with the community and be a part of it
- Train your RL clients
- Be time-consistent
- Use SL marketing tools and plan the link between RL and SL

Lire la suite...!

Pour des outils collaboratifs online pensés utilisateurs !


Projets, mode projet, emails, messages instantanés, espace collaboratifs, webconference, telconference, video-conference,...ouvrir un document, l'exporter dans le bon format, vérifier quelle version avant de l'envoyer, ah..et la plateforme... partager avec la bonne personne, non pas lui, elle, mais lui, pour le niveau supérieur... en copie.. Je craque !!!
Alors à quand un seul outil qui marche pour tout le monde, quelque soit la plateforme, le logiciel, la version, facile, simple, intuitif... Waw, je crois que j'ai trouvé, ça s'appelle Konolive,

Lancée à Demo en début d'année, Konolive promet de radicalement changer la collaboration on et offline. Une seule application qui ressemble à une petite application de messagerie de desktop, capable d'unifier le processus collaboratif dans un seul espace où documents, pages web, et fichiers peuvent être échangés entre les acteurs du projet. Konolive est actuellement en alpha, mais la béta ne devrait pas tarder à suivre.... Avec une version mac aussi...


Lire la suite...!

Marketing 2.0. : Quand Eyeka et MK2 font leur cinéma... !

Comment renforcer les liens entre une marque et ses clients ?
Comment impliquer les consommateurs pour qu’ils communiquent sur la marque ?
Comment toucher une audience très qualifiée (cible urbaine CSP+) ?

Si cette problématique est-elle la votre, ne manquez pas une belle occasion d'y répondre en vous inscrivant dans une vraie stratégie 2.0. :

EYEKA, plateforme en ligne permettant à toutes les marques, médias et opérateurs mobiles de créer leur web TV et mobile 2.0., et MK2, premier groupe de cinéma indépendant en France, y répondent en s’associant pour offrir aux sociétés un dispositif de communication unique en deux étapes :

- Marketing participatif : lancement sur EYEKA d’un concours photo/vidéo sur une thématique choisie librement par la marque via des appels à créations (page spéciale sur le portail d’EYEKA, appels sur la homepage, emailing, newsletter, viralisation sur les blogs etc...). EYEKA procède à la modération des contributions et ne conserve que les contenus de qualité qui respectent les instructions et la charte établie par l’annonceur. Ainsi, les marques ont à leur service le talent et l’inspiration des 17 000 auteurs vidéastes et photographes d’EYEKA déjà inscrits.



- Une diffusion multicanal : Les créations des auteurs sélectionnées par les
marques bénéficient ensuite du plan média mis en place par MK2 et EYEKA : site web MK2, magazine « Trois couleurs », exposition en galerie et projection cinéma !sur le web, en magazine papier, en expo et en projection cinéma !


Pourquoi j'aime :

Cette collaboration entre une plateforme Web 2.0. et un acteur majeur du 7ème art, part des "gens" pour aller vers "les gens", et s'appuie sur la transversalité inter-communautaire. Ici pas de différence entre petit et grand écran, pas d'intermédiaire qui charte le goût... L'expérience est multimédia, multicanale, et axée sur la création. La marque à vraiment tout à y gagner.



Lire la suite...!

La meilleure Page d'accueil, 4 points sensibles....

Les Webbyawards ont affiché hier soir leur dernier palmarès, récompensant la Los Angeles Film School dans la catégorie HomePage

La page d'accueil est fondamentale dans la création du site web, car elle doit à la fois jouer son propre rôle, c'est à dire saluer le visiteur en se présentant, lui faire comprendre rapidement les lieux et les bases de la navigation, mais aussi susciter le désir d'entrer dans le site et constituer un repère pour les pages de second niveau...

Dans le cadre des consultations et des audits que je donne lors des processus de refonte du site web, 4 éléments critiques se retrouvent régulièrement dans les analyses, que le site ait 10 ou 1000 pages...

1. La page d'accueil doit communiquer clairement et rapidement sur la valeur ajoutée du site.

Quand un visiteur arrive pour la première fois sur un site, en mode recherche ou en mode surf, il a un objectif dans la tête, trouver quelque chose, s’enrichir, se faire plaisir. Le visiteur doit donc être capable d'embrasser d'un regard, à travers un titre ou un élement du design, ce que le site peut lui apporter, la promesse du site, de quoi il parle, et pourquoi il est le meilleur des sites sur ce type de produit ou services.

Ce point laisse entendre qu'un travail de fond ait été fait sur la hiérarchisation des objectifs du site, et seulement du site, à l'intérieur de la stratégie de communication globale et de la stratégie online.


2. Un texte d'introduction court pour clarifier et développer votre titre

Toutes les offres de services, les produits ou propositions ne sont pas résumables en moins de 10 mots. Dans ce cas, un chapeau placé près ou sous le titre, permettra de développer un concept, un titre, un nom, une base line. Gardez en tête que votre visiteur ne doit pas chercher cette explication, elle doit lui apparaitre évidente dans le flux naturel de la lecture. Elle devient alors l'amorce de la conversation que vous entretenez à travers ce site.



3. Aidez vos visiteurs à trouver ce qu'ils cherchent


A moins d'avoir un seul produit ou un service, et de faire un mini-site, vous allez devoir faciliter l’accès des visiteurs au second niveau du site vers ce qui correspond le mieux à leur recherche ou leur intérêt.

Si 80% de vos visiteurs finissent par finalement se rendre sur 3 ou 4 pages de votre site, créez des liens vers ces pages depuis la page d'accueil, et rendez les évidents....

Que vous utiliez des menus ou une navigation intuitive, facilitez et faites visualiser l'accès à l'ensemble de vos contenus, en accentuant la zone de de liens qui servira le mieux les besoins de la majorité de vos visiteurs.


4. Mettez à l'aise vos visiteurs dès leur première visite

Quand des internautes viennent pour la première fois, ils veulent se sentir rassurés et ce d'autant que vous n'êtes pas un institutionnel. Ils ont besoin de savoir qu'ils peuvent vous faire confiance et que vous pouvez vraiment leur donner ce qu'ils cherchent.

On peut construire la confiance de bien des façons, par exemple, via un label, une référence à une organisation ou à des clients. Mais sur un site web, c'est le ton de votre texte et la façon de vous adresser et de dire le contenu qui construit la confiance.

La page d’accueil est rarement une page de vente. Celle-ci intervient plutôt en second ou troisième niveau. Evitez donc d’y être trop "promo", écrivez simplement, clairement et de façon directe. La page et son contenu doivent être utiles et aidants.

Conclusion

Il y a beaucoup d’autres points à aborder sur le rôle de la page d’accueil du site web, mais ces quatre points doivent vous servir de guide, une fois tranchée les problèmes d'architexture et d'ergonomie du site. Ayez toujours dans la tête, la métaphore d’une rencontre, qu’elle ait lieu sur un stand de salon, dans votre entreprise, dans votre bureau, où lors d’un rendez vous galant.

Si je dois concevoir une home page, je vise la carté et la simplicité, et j’essaie de penser à des visiteurs très différents : des afficionados du web, ou de nouveaux arrivants.

Je veux que ces visiteurs comprennent vite de quoi parle le site, qu’ils soient capables d’y trouver ce qu'ils cherchent sans complications, et qu’ils s'y sentent à l’aise et en confiance…


Lire la suite...!

Oser, ça fait grandir..

Dans mes pérégriations online, je suis tombée sur ce site de La Banque Laurentienne, la plus petite des institutions bancaires canadiennes.

Il fait partie d'une campagne globale dont l'objectif était d'améliorer la visibilité de l’institution. et pour la partie online, d'augmenter le nombre de préautorisations hypothécaires en ligne. La stratégie adoptée par la banque est de démontrer aux internautes que le processus d’achat d’une maison est si simple qu’il peut être expliqué par un enfant. La métaphore générale est relayée par l'ensemble des médias : télévision, lieu de vente, radio, presse écrite, mots clés, bandeaux publicitaires, microsite.

Le mini-site (que nos cousins canadiens appelle micro-site) utilise des voix hors champ, de la musique et une vidéo plein écran montrant une petite fille guidant les consommateurs à travers les quatre phases de l'achat d'une maison.

Les bannières interactives de différents formats mettent en scène la petite fille qui invite à participer et à interagir avec elle en la suivant dans son site Web.

La Banque Laurentienne considère qu'elle a établi un record en 161 ans d’histoire pour la vente de produits hypothécaires. Depuis sa mise en ligne en avril 2007: 119 110 visites 103 991 visiteurs uniques 490 775 pages vues 21 000 documents PDF téléchargés moyenne de 4.2 min par visite. La campagne est présente actuellement sur les cyber médias canadiens.

Ce que j’aime :

  • la traduction de la métaphore online, avec une interface simplissime
  • le design d'interactivité propre, efficace
  • Le rythme et le sequençage du contenu
  • Le choix des médias et emplacements publicitaires online
  • L'approche conversationnelle marketing qui part du choix de l'url
  • L'expérience utilisateur
Ce que j'aime moins :
  • le bon vieux faire parler un enfant pour vendre un produit adulte

video

Reférences : Agence Bleublancrouge, Blog expresso interactif

Lire la suite...!

WEB & FOOT... NIKE TAKES IT TO THE NEXT LEVEL

A 36 jours et 8 heures de l'Euro 2008 (décompte sur le site de l'UEFA), Nike envoie sa nouvelle pub pour le site Nikefootball, façon jeu vidéo ou encore "Vis la vie d'un footballeur".

Autre intiative à la fois User Generated Content, et renforcement du sentiment d'appartenance à l'une des plus grandes communautés du monde, la partie du site Rejoins la chaine Nike, permet à tous les mordus de foot du monde entier, petits et grands, d'uploader leur minute de gloire et de représenter leur pays.

Le début de l'été s'annonce chaud... gageons que de nouveaux records d'audience web&foot seront bientôt explosés ...

Lire la suite...!

Manifs et muguet virtuels

40 ans après 68 et le temps bien réel d'un peace and love sensuel et charnel, voici venu le temps des "virtual protests". En septembre 2007, 2000 avatars de 30 pays avaient occupé l'île d'IBM sur Second Life, pour protester contre la suppression arbitraire d'une prime de 1000 euros qui devait être accordé aux employés italiens d'IBM. Un mois après, le PDG italien d'IBM démissionnait et les revendications des employés satisfaites.


Cette initiative, organisée par UNI Global Union, qui revendique être le plus grand groupement de syndicats individuels du monde, a d'ailleurs été récompensée pour son ingénuité lors de la tenue du premier Forum NetXplorateur.
C'est donc en ce premier jour de Mai, que UNI lance Union Island dans Second Life, qu'elle espère une maison virtuelle pour tous les syndicats d'UNI. L’Ile des syndicats est un espace libre, ouvert à tous les affilés d’UNI qui pourront y organiser des réunions/débats, présenter ses problèmes actuels en amenant des campagnes sur Second Life, se rassembler lors d’événements comme le 1er mai, ou encore lancer des campagnes de syndicalisation et des grèves virtuelles...

La cyberdémocratie à l'oeuvre dans les univers virtuels...

A quand un muguet parfumé que nous pourrons envoyer d'un clic de souris à nos amis du bout du monde !




Lire la suite...!

Les Molières et les Webware...and the Winner is...

« J'éprouve parfois le besoin de changer d'identité, l'espace d'un livre » Romain Gary

Hier soir, les Molières récompensaient le meilleur du spectacle vivant, et ces magnifiques personnes qui chaque soir, dans la vraie vie, nous offrent leur personne, à rire, pleurer, réver, ou réfléchir, et au delà...

Il y a quelques jours, le site/blog Webware récompensait "le meilleur des applications du Web 2.0", en publiant ses 2008 Webware 100, c'est à dire la liste des 100 meilleures applications du web au sein de 10 catégories, sélectionnées parmi 5000 nominés. par près de 2 millions de votants.

Ces webwares, utilitaires sont censés apporter quelque chose à notre vie online et par conséquent, offline, puisqu'elles touchent notre productivité dans le travail, les loisirs, et notre vision du monde, notamment avec l'explosion des réseaux sociaux.

Même si geek je suis et je reste, je n'ai pas encore trouvé une webapp qui me donne la même sensation que celle d'assister à une représentation unique d'une vraie scène avec de vrais comédiens... et c'est tant mieux...



Lire la suite...!

Commençons par votre site Web !

Dans mes dernières interventions, j'ai été surprise de constater une sorte de tendance à la sous-évaluation du site web dans la stratégie marketing online. Les blogs, les réseaux sociaux, et d'autres formes d'interactions pour la marque, le produit, ou l'évènement peuvent diminuer l'attrait d'une forme de communication plus statique. Ce n'est surement pas le cas d'Hermes, qui a su relooker son site avec briot , combinant avec intelligence différents élements stimulateurs de l'ensemble du mix online. Voici donc quelques questions à se poser avant de revoir votre site....

Contenu

Le langage reflète-t-il votre façon de parler ? Ou sonne-t-il trop guindé, technique, ou promotionnel ? Pensez que le site est un être humain qui s'adresse à un autre, et qu'avec des mots simples et "accessibles", vous devez laisser apparaitre la personnalité de votre entreprise.

Conversationnal marketing, le marketing de la conversation, voici le maître mot. Et cela commence avec vos clients, vos prospects, les questions qu'ils se posent et les problématiques qu'ils rencontrent. Considerez votre site comme l'amorce du dialogue, et offres de nombreux points d'interactivité, par de la concision, des micros contenus, qui vous permettront d'emmener vos lecteurs d'étapes en étapes, comme dans une vraie conversation.

Présentation

Faites bon usage de l'espace. Il ne s'agit pas de mettre un maximum de choses dans un minimu d'espace, ni de "faire du beau" à tout prix. La vraie question est : Que voulez vous que vos visiteurs fassent ? Il faut donc organiser les séquences et les contenus dans cet esprit, avant tout.

L'utilisation des typos, des couleurs, des enrichissements du texte tombent sous le sens. Et pourtant, on continue à voir des constrastes négatifs et des typos corps 9, très fatigantes à lire pour la pulpart d'entre nous.

Usabilité

Où commencer ? Votre navigation est-elle compréhensible, et simple ? Votre site est-il facilement accessible depuis un mobile ? De plus en plus gens accèdent à internet par leur mobile, et si votre site n'est pas optimisé pour eux, il n'est pas sur qu'ils y retournent en différé, depuis leur ordinateur portable.

Flash impacte visuellement votre site, mais il rend plus compliquée son référencement naturel et n'est pas toujours justifié...

Si vous utilisez de la vidéo, n'oubliez pas de prendre en considération la facilité du téléchargement depuis plusieurs types de terminaux. Et pensez toujours qu'elle est un argument de la conversation.

Actus

Voici une partie du site que vous aurez souvent l'occasion de mettre à jour. Pourquoi ne pas inclure un calendrier des évènements à venir et éventuellement de ceux auxquels vous assistez, en offrant une opportunité de rencontre dans le réel.

Contact

Il est tentant d'utiliser des formulaires pour éviter le spam. Mais la plupart du temps, ces formulaires sont liés à une adresse impersonnelle et vos clients ne peuvent savoir à qui s'adresser. Pensez plutot à coder votre email, votre nom apparaitra toujours, mais les spammers n'y verrront que des suites codées. Ou encore rendez le formulaire vraiment sympathique pour faire oublier son peu d'humanité !


Lire la suite...!
 

Mes images

www.flickr.com
Helene Zuili éléments Aller à la galerie de Helene Zuili